La spiritualité de l’Institut

La devise principale de la Règle de Saint-Benoît est : QUE DIEU SOIT GLORIFIE EN TOUTE CHOSE. Les caractéristiques de la spiritualité bénédictine sont avant tout : le christocentrisme, la vie cénobitique, la prière – avant tout liturgique – qui imbibe chaque détail de la vie de la foi et de l’adoration de Dieu, la lectio divina, ainsi que le travail pris au sérieux– tant physique qu’intellectuel.

La prière dans le choeur du monastère

Notre vie, formée par la Règle de Saint-Benoît, se dirige vers Dieu seul et vers un contact permanent avec Lui. Grâce à la profession monastique (les vœux), nous nous lions de manière exclusive et inimitable avec le Christ ; nous nous donnons à Lui par un amour exclusif.

 

La cérémonie de la profession perpétuelle

Le centre de notre vie, de la vie des Bénédictines de l'adoration perpétuelle, est le CULTE DE L'EUCHARISTIE. - Dans l'union avec le Christ et par Lui qui est le seul a pouvoir louer dignement le Père et expier notre péché, ingratitude, indifférence et les manquements à l'honneur qui Lui est du - participant dans le Sacrifice que le Christ offre pour adorer le Père et pour le salut du monde - nous voulons adorer et satisfaire à la Gloire et à la Sainteté de la Majesté Divine dans le Très Saint Sacrement de l'autel.

Le modèle et la Gardienne de notre fidélité dans la consécration à Dieu est MARIE, la Mère de Dieu. Mère Mectilde a mis sous Sa protection particulière l’Institut entier, chaque monastère et chaque moniale, en La choisissant comme la seule Abbesse, c’est-à-dire la Mère et la suprême Supérieure de nos monastères. Chacune des communautés de notre Institut renouvelle solennellement ce choix et se consacre à Marie chaque année à la fête de son Assomption.

La statue de Notre-Dame dans le choeur du monastère

Pendant sa visite dans l’un des monastères italiens de notre Institut, LE SAINT-PERE JEAN-PAUL II a décrit notre vocation de manière suivante : « Vous, mes bien chères sœurs, possédez dans le Corps mystique du Christ une part particulière. Mais ce privilège coûte, ce privilège est lié au sacrifice, au sacrifice de votre vie consacré entièrement, sans concession au Sauveur. Je me réjouis de cette rencontre ; je suis heureux de pouvoir être parmi vous, dans votre clôture, dans ce lieu d’oraison où l’on vit de l’Eucharistie, où le Christ eucharistique est sans cesse – nuit et jour – adoré dans vos cœurs, dans vos paroles, sentiments et intelligences. Je m’unis à vous dans cette adoration, dans votre prière qui est celle de toute l’Eglise dans le monde entier. Dans vos prières, dans vos cœurs – je dirais: dans vos mains – vous portez le devenir et la destinée de l’Eglise et du monde, plus que nous qui vivons ce même devenir et ces événements dans leur contexte historique. C’est pourquoi je recommande moi-même et toute l’Eglise à vos prières  et à votre dévouement total au Seigneur dans votre vocation contemplative et bénédictine. »

LA VIE QUOTIDIENNE

Le sommet de la journée est le Sacrifice Eucharistique, à laquelle se lie étroitement la Liturgie des Heures célébrée de maniere solennelle. Nous chantons la louange du Seigneur au nom de toute l'Eglise, au nom de toutes nos soeurs et de tous nos frères. Nous renfermons dans notre coeur le monde entier, tous les hommes, leurs joies, soucis et peines. Nous prions pour eux. Nous prions pour ceux qui ne prient pas, pour ceux qui ne peuvent prier, pour ceux qui ne savent pas prier, ainsi que pour ceux qui ne veulent pas prier.

L'adoration perpétuelle dure jour et nuit - nous nous relayons chaque heure devant le tabernacle. En autre quotidiennement, chaque moniale consacre le temps convenable à l'oraison personnelle en silence, à la lectio divina et à une lecture spirituelle.

Le jour se passe en silence, en prière et au travail, et les heures de la récréation qui affermissent les liens entre les soeurs sont une détente et une joie.

 

 

Travail à la confection des hosties

La vie de la communauté est très simple, silencieuse, concentrée, remplie d’aide réciproque et de soucis et joies vécus ensemble. La communauté du monastère est une famille. Nous sommes liées par une seule vocation, « nous avons été réunies par l’amour du Christ ».